Passer la navigation

Les règles de la bonne gouvernance et l’ACORP

 

S’en tenir aux règles de la bonne gouvernance est à l’ordre du jour de toutes les entreprises bien gérées depuis les revers catastrophiques liés à la crise financière de 2008. Le dictionnaire de langue anglaise Cambridge définit la bonne gouvernance comme « la gestion efficace et responsable d’un organisme… ce qui inclut la prise en compte des besoins de la société dans les décisions qu’elle prend ».

En quête d’une saine gouvernance organisationnelle

Après un changement de direction en 2011, l’un des premiers projets mis en œuvre par le conseil d’administration de l’ACORP et le nouveau chef de la direction a été l’examen approfondi du dispositif de gouvernance. Avec la collaboration d’experts en gouvernance et de conseillers juridiques, l’ACORP a mis à jour ses lettres de constitution, ses règlements administratifs et ses politiques de gouvernance. Conformément aux meilleures pratiques actuelles, l’échelle du conseil d’administration a été réduite et, ses membres étant moins nombreux et plus actifs, le comité exécutif a été supprimé.

Les priorités du conseil d’administration ont changé, celui-ci délaissant les détails opérationnels au profit des stratégies organisationnelles et de la surveillance fiduciaire. Des séances de formation, souvent présentées par des conférenciers invités, sont organisées régulièrement afin d’approfondir les connaissances des administrateurs en matière de services d’évaluation, de réglementation et d’innovation. Du temps est consacré à des discussions de fond productives, dont la finalité est de réfléchir aux responsabilités stratégiques et fiduciaires en « décidant d’abord de ce qu’il faut décider », pour citer un de nos membres.

La rétroaction issue des évaluations périodiques du conseil d’administration favorise l’amélioration continue. Les exigences en matière de conduite et de confidentialité ont été explicitées, et le conseil d’administration a posé les premiers jalons d’un recrutement axé sur les compétences en commençant à définir les compétences optimales des administrateurs.

Le travail se poursuit

Il n’y a pas de point final en matière de bonne gouvernance. C’est un processus continu. Mais les mesures adoptées à ce jour ont mené à la création d’un conseil d’administration très engagé, tourné vers l’avenir et bien informé de ses responsabilités en matière de gouvernance.

Vous aimeriez en savoir plus? Consultez la page « À propos de l’Alliance » et découvrez le mode de gouvernance de l’ACORP.

  •  
  •  
  •