Skip navigation

Pour les mises à jour COVID-19 de nos programmes d'examens et d'accréditation, cliquez ici.

Le professionnalisme dans le domaine de la physiothérapie

Les organismes de réglementation et les formateurs dans le domaine de la physiothérapie ont noté une tendance récente : une augmentation du nombre de plaintes concernant le comportement professionnel. Au cours de la dernière année, l’ACORP, les organismes de réglementation canadiens et les formateurs en physiothérapie ont uni leurs efforts afin de tenter de mieux comprendre et de régler ce problème qui touche les étudiants en physiothérapie autant que les professionnels nouvellement inscrits.

Qu’est-ce que le professionnalisme?

Au printemps 2019, les organismes canadiens de réglementation de la physiothérapie ont voulu mettre en commun leurs données concernant les plaintes relatives au professionnalisme, mais ils ont été obligés de se rendre compte qu’ils n’avaient pas une définition unique du professionnalisme. À l’invitation du comité des registraires de l’ACORP, Sue Murphy, de l’Université de la Colombie-Britannique, a présenté un webinaire sur le sujet. Ses messages clés étaient les suivants : le professionnalisme est en effet difficile à définir, et pareillement difficile à enseigner. Par ailleurs, c’est un concept fluide qui peut évoluer au fil du temps, et suivant les contextes ou les catégories démographiques. Elle recommandait de creuser la question.

Groupe de réflexion conjoint de l’ACORP et du CCPUP

À cette fin, l’ACORP et le Conseil canadien des programmes universitaires de physiothérapie (CCPUP) ont organisé un atelier d’une journée le 4 juin 2019. Celui-ci a été dirigé par Sue Murphy, Susan Paul, de l’ordre des physiothérapeutes de la Colombie-Britannique et Kathleen Norman, de l’Université Queen’s; onze agents de réglementation venus de 10 provinces et territoires et 45 formateurs issus des 15 programmes canadiens d’enseignement de la physiothérapie y ont participé. Après une journée entière de discussions productives, les intervenants ont mieux compris les enjeux et se sont engagés à poursuivre la collaboration entre les organismes de réglementation et les formateurs afin de définir une approche nationale en matière de professionnalisme, de se doter d’une nomenclature commune visant à faciliter la collecte des données, et de se concerter pour sensibiliser davantage étudiants et physiothérapeutes nouvellement inscrits à l’enjeu du professionnalisme. Le travail se poursuit. Nous vous tiendrons au courant de nos progrès.

  •  
  •  
  •