Skip navigation

Pour les mises à jour COVID-19 de nos programmes d'examens et d'accréditation, cliquez ici.

La présidente-directrice générale de l’ACORP se retire

 

Après avoir dirigé l’Alliance canadienne des organismes de réglementation de la physiothérapie (ACORP) pendant plus de dix ans, Katya Masnyk quitte son poste de présidente-directrice générale pour se concentrer sur l’obtention d’un diplôme d’études supérieures.

L’ACORP est la fédération nationale des organismes provinciaux et territoriaux de réglementation de la physiothérapie qui offre des services d’évaluation pour le compte de ses membres et soutient les initiatives en matière de politique de réglementation pancanadienne. Depuis juillet 2011, Katya Masnyk était responsable de l’orientation stratégique, de l’accomplissement des objectifs et de l’administration des programmes de l’ACORP. Elle a agi, aux côtés de la présidente de l’ACORP, comme porte-parole de l’Alliance et elle est une ardente défenseure de l’excellence en matière de réglementation pancanadienne de la physiothérapie.   Elle a collaboré avec de nombreux organismes de réglementation et d’évaluation nationaux et internationaux pour défendre l’intérêt du public dans le domaine de la physiothérapie, et a consacré beaucoup d’efforts à l’établissement de solides relations de partenariat au sein du secteur canadien de la physiothérapie.

Katya Masnyk a déclaré : « Au cours des dix dernières années, j’ai travaillé aux côtés d’un conseil d’administration extrêmement coopératif et d’un personnel extraordinaire, qui ont permis à des milliers de candidats d’accéder à la pratique de la physiothérapie, et contribué à la réalisation d’une série d’objectifs politiques pancanadiens. Il est temps pour moi de me consacrer à des objectifs personnels alors que l’ACORP continue de faire évoluer les meilleures pratiques en matière d’évaluation des compétences ».

Denis Pelletier, président du conseil d’administration, a déclaré : « Le conseil d’administration remercie Katya Masnyk d’avoir dirigé un des grands organismes de services d’évaluation dans le secteur des soins de santé canadiens pendant plus d’une décennie, y compris pendant les années difficiles de la pandémie. Elle a toujours servi les intérêts fondamentaux du public et de la profession et nous lui souhaitons bonne chance dans la réalisation de ses objectifs personnels, qui est amplement méritée ».