Scénario de l’estimateur de coûts

Estimateur de coûts

L'estimateur de coûts vous aidera à ESTIMER certains coûts que vous devrez engager en vue d'obtenir votre permis d'exercer la physiothérapie au Canada. L'estimateur vous donnera une idée des coûts minimaux possibles. Comme la situation de chacun est unique, les coûts réels engagés seront différents d’une personne à l’autre. Les estimations sont exprimées en dollars canadiens et peuvent changer.

Histoires de candidats

Les histoires suivantes illustrent certaines dépenses possibles que les candidats peuvent devoir engager durant les processus d’accréditation et d’examen. De la sortie de l’établissement d’enseignement jusqu’au processus d’examen de compétence en physiothérapie (ECP), chaque candidat a suivi un cheminement différent pour obtenir son permis d’exercer la physiothérapie au Canada. Cliquez sur chacun des candidats ci-dessous pour lire son histoire.
Fermer

Carol Beauchamp

Carol Beauchamp est en dernière session du programme d’études en physiothérapie en Ontario. Elle prévoit terminer et réussir le programme en avril. Carol a bien réussi le programme – elle a obtenu de bonnes notes et de très bons commentaires de son superviseur clinique. Elle se sent en confiance et décide de s’inscrire à l’examen de compétence en physiothérapie (ECP).

Carol s’inscrit à la composante écrite de l’ECP qui aura lieu en juillet, et choisit Toronto et Ottawa comme lieux d’examen préférés (885 $).

Elle décide aussi de s’inscrire à la première composante clinique possible de l’ECP. Carol s’inscrit à la composante clinique de novembre, et choisit Ottawa comme lieu d’examen préféré, car elle souhaite passer l’examen en français (1 555 $).

Carol rassemble tous les documents nécessaires pour s’inscrire aux examens, et les envoie par messagerie Purolator au bureau de l’ACORP (environ 200 $).

Carol se prépare aux deux composantes de l’ECP avec son groupe d’étude. Malheureusement, à la fin de juin, elle se blesse durant le championnat féminin de rugby de sa communauté et subit une légère commotion cérébrale et une fracture de la clavicule.

Sur les conseils de son médecin, Carol décide de reporter la composante écrite en septembre. Elle communique avec le personnel de l’ACORP, envoie la note du médecin et transfère son inscription de juillet à septembre (100 $).

Carol fait confiance à ses connaissances et ses compétences en physiothérapie, et croit qu’elle va réussir l’examen écrit en septembre. Par conséquent, elle ne change pas son inscription à la composante clinique en novembre.

Carol continue d’étudier et de se préparer aux composantes écrite et clinique de l’ECP.

Au début de novembre, Carol reçoit ses résultats de l’examen écrit de septembre. Elle a réussi.

Elle se concentre sur la préparation finale de la composante clinique plus tard le même mois, qu’elle réussit aussi.

Carol s’inscrit auprès de l’Ordre des physiothérapeutes de l’Ontario afin d’obtenir son permis d’exercer la physiothérapie (635 $ plus frais d’administration = 735 $).

TOTAL pour Carol : une composante écrite, une composante clinique, un transfert, aucune vérification, coûts divers (par exemple, frais de messagerie), droits d’inscription auprès de l’Ordre de l’Ontario : 3 475 $ CA

Lorsque Carol commence à pratiquer la physiothérapie, elle apprend que sa collègue et amie Joan n’a pas réussi la composante clinique. Joan doit reprendre la composante clinique, et elle choisit l’examen en juin de l’année suivante (1 555 $). Carol aide Joan à se préparer à la reprise de la composante clinique et Joan réussit la deuxième fois.

TOTAL pour Joan : 1 composante écrite, 2 composantes cliniques, aucun transfert, aucune vérification, aucun autre coût divers, droit d’inscription auprès de l’Ordre de l’Ontario : 4 730 $ CA

Fermer
Fermer

Bhargav

Bhargav Dinishbhai Patel est un physiothérapeute qui pratique en Inde. Il a fait un baccalauréat en physiothérapie à la Rajiv Gandhi University of Health Scienceset pratique comme physiothérapeute en pédiatrie depuis trois ans. Bhargav s’est marié récemment et lui et sa femme attendent leur premier enfant. Ils ont décidé de déménager au Canada où vivent déjà sa sœur et son frère aînés, afin d’être plus près de la famille élargie.

Bhargav entame le processus de demande en vue d’obtenir un permis d’exercer la physiothérapie au Canada en communiquant avec l’ACORP. Étant donné qu’il a fait ses études à l’extérieur du Canada, Bhargav doit présenter une demande d’évaluation de ses diplômes au service d’accréditation de l’ACORP afin de s’assurer qu’il répond aux exigences établies. Comme il a besoin de plusieurs documents pour sa demande d’accréditation, il envoie une demande au bureau du registraire de son université afin d’obtenir des copies de son relevé de notes. Puis, il s’assure que tous les documents nécessaires sont traduits et certifiés (environ 250 $) et envoie ses documents de demande par messagerie (environ 200 $) à l’ACORP avec les frais d’accréditation appropriés (1 035 $).

En attendant de savoir si sa demande d’accréditation a été examinée et acceptée et si le processus d’accréditation a commencé, Bhargav s’inscrit au test d’anglais langue étrangère (TOEFL) au centre-ville de Mumbai et réussit très bien (environ 250 $).

Bhargav lit dans le site Web de l’ACORP qu’il doit suivre un cours sur le contexte de la pratique de la physiothérapie dans le système de santé canadien pour compléter le processus d’accréditation. Après avoir reçu l’information de l’ACORP sur les différents cours en ligne préapprouvés qui satisfont à cette exigence, il décide de s’inscrire au cours sur la pratique de la physiothérapie au Canada offert par l’Université d’Alberta étant donné qu’il débute bientôt et qu’il peut le suivre tandis qu’il est encore en Inde à préparer son déménagement (environ 450 $).

Bhargav vérifie régulièrement sa situation sur le site Web de l’ACORP. Un jour, il peut lire : « Nous avons reçu et accepté les documents dont nous avions besoin pour commencer votre évaluation ». Le message en ligne indique aussi que son dossier est un cas ayant des « précédents » parce que l’ACORP possède suffisamment d’information sur son programme de formation en physiothérapie. Douze semaines plus tard, Bhargav reçoit une lettre de l’ACORP lui mentionnant que l’évaluation de ses diplômes est terminée et que son éducation et sa formation ne sont pas substantiellement différentes de la formation donnée au Canada. Il est donc maintenant admissible aux composantes écrite et clinique de l’examen de compétence en physiothérapie (ECP).

Douze mois plus tard, Bhargav est déménagé en Colombie‑Britannique, au Canada, avec sa famille. Il a joint l’ACORP pour communiquer son changement d’adresse et il étudie en vue de la composante écrite de l’ECP.

Bhargav communique avec l’ordre des physiothérapeutes de la Colombie‑Britannique pour demander un permis temporaire lui permettant de travailler sous supervision (environ 306,25 $ plus les frais d’administration de 100 $). Il commence à travailler comme assistant au physiothérapeute dans un service de consultations externes près de chez lui.

Bhargav s’est inscrit à la composante écrite de l’ECP de décembre (885 $), ce qui lui donne suffisamment de temps pour étudier et se préparer. Il s’est aussi inscrit à la composante clinique qui se tiendra en juin de l’année suivante (1 555 $).

Afin de l’aider à se préparer pour l’examen, l’employeur de Bhargav l’encourage à suivre un cours de préparation (environ 500 $). Bhargav accepte. Il a consulté les profils de pays sur le site Web de l’ACORP et il apprend qu’en moyenne, 44 % des candidats de l’Inde réussissent l’examen la première fois. Il croit que le cours de préparation l’aidera.

Bhargav passe la composante écrite de l’examen en décembre. En janvier, il reçoit la lettre de résultats et apprend qu’il n’a pas réussi l’examen.

Bhargav décide qu’il a besoin de plus de temps pour étudier, et d’aide à la maison. Il se joint à groupe d’étude avec d’autres candidats de sa communauté pour aider sa préparation. Afin d’avoir assez de temps pour étudier, il s’inscrit à la composante écrite de juillet (885 $). Cela signifie qu’il ne pourra pas passer l’examen clinique en juin. Bhargav communique avec l’ACORP et transfère son inscription à la composante clinique de novembre (100 $).

Bhargav réussit la composante écrite la deuxième fois. Il réussit également la composante clinique en novembre. Bhargav communique avec l’Ordre des physiothérapeutes de la Colombie‑Britannique pour demander un permis d’exercer autonome comme physiothérapeute à part entière (environ 206,25 $).

TOTAL pour Bhargav : frais d’accréditation, frais d’évaluation linguistique, frais divers, cours sur la physiothérapie au Canada, deux composantes écrites, une composante clinique de l’ECP, un transfert, un cours préparatoire à l’examen, autres coûts divers, droits d’inscription à l’Ordre de la Colombie‑Britannique : environ 6 722,50 $ CA

Fermer
Fermer

Asha

Asha Khan, qui habite au Pakistan, souhaiterait travailler comme physiothérapeute au Canada. Asha a obtenu un baccalauréat en physiothérapie au Jinnah Post Graduate Medical Center de l’Université de Karachi. Asha consulte le site Web de l’ACORP afin de déterminer comment présenter une demande d’accréditation puis obtenir un permis d’exercer la physiothérapie au Canada.

Comme Asha a fait ses études au Pakistan, elle doit soumettre des renseignements additionnels provenant de l’organisme de certification des diplômes au Pakistan. Asha demande au responsable de l’université où elle a fait ses études de remplir le formulaire D – Demande de documents, et l’envoie avec des copies certifiées des heures et du certificat de stage dans une enveloppe cachetée et scellée mentionnant l’université comme expéditeur. Asha rassemble tous les formulaires nécessaires pour la demande d’accréditation, elle les fait traduire et certifier, puis les envoie par messagerie internationale au bureau de l’ACORP (environ 550 $). Asha inclut aussi ses données de carte de crédit pour payer les frais d’accréditation (1 035 $).

Quelques semaines plus tard, Asha reçoit un avis de l’ACORP indiquant que sa demande est « incomplète » et lui sera retournée par courrier ordinaire parce qu’elle n’a pas inclus de photos d’identité et n’a pas signé ou daté son formulaire.

Asha fait faire deux photos d’identité (qu’elle signe et date au dos), signe et date le formulaire de demande et renvoie tous les documents à l’ACORP (environ 200 $).

Une fois que la demande d’Asha toute la documentation à l’appui, l’agent d’accréditation de l’ACORP peut commencer à examiner ses renseignements. L’ACORP ne connaît pas le programme d’études en physiothérapie qu’a suivi Asha (école sans précédent) et doit par conséquent envoyer la demande à une agence d’évaluation externe afin de déterminer le niveau pédagogique et la spécialisation du programme d’études ainsi que la réputation de l’établissement d’enseignement. L’ACORP estime dans son site Web que le processus d’accréditation d’Asha pourrait durer de 16 à 18 semaines.

Tandis que ses diplômes sont évalués, Asha s’inscrit à un cours d’anglais à son centre communautaire local afin d’améliorer ses compétences linguistiques (environ 300 $). Elle s’inscrit aussi à un test d’anglais langue étrangère (TOEFL) afin de satisfaire aux exigences linguistiques de l’ACORP (environ 250 $). Les résultats de l’évaluation TOEFL ne sont pas aussi élevés qu’elle l’aurait espéré, et elle constate que ses notes ne satisfont pas aux exigences de l’ACORP.

Asha sait qu’elle doit aussi suivre un cours en ligne sur le contexte de la pratique de la physiothérapie au Canada. Elle décide de s’inscrire au cours Orientation to Canadian Healthcare Systems, Culture and Context for Internationally Educated Healthcare Professionals offert par l’Université de Toronto (environ 400 $). Ce cours comporte aussi une exigence linguistique.

Les notes d’évaluation linguistique d’Asha ne sont pas suffisantes pour répondre aux exigences pour pratiquer la physiothérapie au Canada, ni pour suivre le cours en ligne offert par l’Université de Toronto. Asha s’inscrit à un autre cours d’anglais, cette fois-ci dans un collège local (environ 900 $). Elle s’inscrit aussi à un cours de préparation au TOEFL (500 $). Elle passe le TOEFL une deuxième fois (environ 250 $) et obtient de bien meilleurs résultats. Asha continue de pratiquer l’anglais avec un groupe d’amis qu’elle a rencontrés au cours.

Dès qu’Asha réussit l’évaluation linguistique et le cours en ligne de l’Université de Toronto, elle demande à l’Université d’envoyer la confirmation de réussite directement à l’ACORP. Elle reçoit une lettre d’admissibilité de l’ACORP indiquant que son éducation n’est pas jugée substantiellement différente de celle d’un physiothérapeute formé au Canada et qu’elle est maintenant admissible à l’examen de compétence en physiothérapie (ECP). Asha est très heureuse et elle décide de s’inscrire à l’ECP dès que possible. Elle apprend aussi d’Immigration et Citoyenneté Canada que sa demande d’immigration progresse.

Asha s’inscrit à la composante écrite de l’ECP (885 $) et commence à étudier en vue de l’examen. Elle s’inscrit aussi à la composante clinique de l’examen qui a lieu l’année suivante (1 555 $).

Lorsque vient le moment de passer l’examen, Asha prend l’avion pour Toronto, son lieu d’examen préféré (environ 2 000 $). Durant les jours précédant l’examen, elle habite chez des amis de la parenté qui vivent près du centre d’examen. Toutefois, la veille de l’examen, elle réserve une chambre d’hôtel près du centre afin d’être absolument tranquille (environ 300 $).

Six semaines plus tard, Asha reçoit une lettre de l’ACORP mentionnant qu’elle n’a pas réussi la composante écrite. Elle s’inscrit pour reprendre l’examen à l’automne (885 $), et doit prendre l’avion pour Toronto encore une fois (environ 2 300 $).

À ce moment, Asha a immigré au Canada avec sa famille et vit à Calgary, en Alberta. Elle apprend de l’ACORP qu’elle n’a pas réussi la reprise de la composante écrite, et par conséquent, qu’elle n’est pas admissible à passer la composante clinique de l’ECP même si elle s’est déjà inscrite. Elle évalue les prochaines étapes, et croit que le déménagement au Canada a causé un stress et qu’elle doit suspendre ses études pour s’installer. Elle ne sait pas à quel moment elle sera prête pour passer la composante clinique, et soumet donc une demande à l’ACORP, avant l’échéance publiée, afin de se désister de l’examen plutôt que le transférer à une autre date (remboursement de 1 555 $, frais d’administration de 300 $).

Asha sait que si elle ne réussit pas la composante écrite la troisième fois, elle ne pourra plus le reprendre et ne pourra pas pratiquer la physiothérapie au Canada. Elle discute de la situation avec ses parents ainsi qu’avec des physiothérapeutes qu’elle a rencontrés à Calgary et, avec leurs encouragements, elle s’inscrit au programme de transition des physiothérapeutes formés à l’étranger de l’Alberta (environ 7 000 $ 11 000 $). Le programme est donné à l’Université d’Alberta à Edmonton, mais comprend un volet virtuel. Asha peut donc participer à la majeure partie du programme en ligne.

Asha réussit l’examen écrit la troisième fois (885 $). Elle s’inscrit maintenant auprès de l’ordre et de l’association des physiothérapeutes de l’Alberta et obtient son permis d’exercer temporaire (environ 750 $ plus des frais de demande de 115 $). Cela lui permet de commencer à pratiquer la physiothérapie à Calgary sous supervision tout en étudiant en vue de la composante clinique de l’ECP.

Asha s’inscrit à la composante clinique (1 555 $) et passe l’examen en juin. Elle ne se sent pas bien la veille de l’examen, souffrant de maux de tête et de vomissements. Elle présume que c’est attribuable au stress avant l’examen et s’efforce de dormir. Le lendemain, elle se rend à l’examen comme prévu malgré ses maux de tête. Pendant une pause entre deux stations, elle ne se sent pas bien et se précipite à la salle de bains, où elle est prise à nouveau de vomissements. Malgré la situation, Asha veut faire de son mieux pour terminer l’examen, donc elle poursuit. Le lendemain, Asha se rend chez son médecin de famille qui diagnostique un empoisonnement alimentaire. Asha lit les politiques de ACORP concernant l’examen et apprend qu’elle peut envoyer à l’ACORP la note du médecin expliquant sa situation avec un certificat médical de candidat dans les sept jours suivant la date de l’examen. Elle fait ces démarches. Elle parle aussi à la coordonnatrice des services à la clientèle des examens qui inscrit cette indisposition à son dossier.

Lorsqu’Asha reçoit les résultats de l’examen 12 semaines plus tard, elle apprend qu’elle n’a pas réussi l’examen. Elle parle de nouveau à la coordonnatrice des services à la clientèle, et décide de demander une vérification administrative (300 $) en raison de son indisposition, ainsi que la suppression de sa première tentative à la composante clinique de son dossier d’examen.

La vérification administrative du cas d’Asha est acceptée, et le résultat de sa première tentative est supprimé de son dossier en raison de son indisposition attestée le jour de l’examen. Asha s’inscrit à une reprise de la composante clinique (1 555 $).

Cette fois, Asha réussit l’examen et commence sa vie de physiothérapeute au Canada.

TOTAL pour Asha : Frais d’accréditation, examens de compétence linguistique, cours préparatoires d’anglais, frais divers (par exemple, frais de messagerie), voyages pour passer l’examen, trois composantes écrites et deux composantes cliniques de l’ECP, un désistement, une vérification administrative, programme de transition de l’Alberta, autres frais divers :         environ 23 210 $ - 27 210 $ CA

Fermer
*Veuillez noter : les scénarios sont présentés à titre indicatif seulement et ne sont pas représentatifs des candidats formés dans une école ou un pays en particulier. Ces exemples ne servent qu'à présenter des scénarios et des coûts possibles.